Skip to content

MANUFACTURE FRANCAISE D’ARMES ET CYCLES / MANUFRANCE / HIRONDELLE / HIRON / H / CYCLES MIMOSA
Saint-Etienne

Manufrance est l’appellation commerciale de la Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Etienne.
Ou comment l’artisanat vélocipédique devient une véritable industrie.
Nous évoquerons ici l’histoire de la manufacture uniquement sous l’angle des bicyclettes, car Manufrance a fabriqué et vendu quantité d’autres produits, cannes à pêche et autres articles ménagers, même si son activité reposait essentiellement sur les fusils de chasse (marques Robust, Falcor, Idéal, Simplex) et les bicyclettes.

Une histoire des vélos de la Manufacture
Manufrance ne naît pas par hasard à Saint-Etienne, ville minière du charbon et de l’acier où coexistent la Manufacture nationale des armes de guerre et le savoir-faire de nombreux artisans.
En 1887, Etienne Mimard, 23 ans, et Pierre Blachon, 29 ans, rachètent la Manufacture Française d’armes et de tir. Etienne Mimard, fils d’armurier, est un passionné de mécanique, de mathématiques, de dessin et de gravure. En inventeur, il va diversifier l’entreprise en croyant « au développement sans limites du sport vélocipédique ».
En 1888, rachat de la société Hirondelle, avec sa marque.
En 1889, installation des ateliers de fabrication et édition du premier tarif de vélocipèdes. On trouve dans ce tarif, des vélocipèdes à corps en croix et le modèle La Superbe dont le cadre est arrondi.
En 1890, le catalogue est tiré à 300 000 exemplaires et envoyé gratuitement à tous les chasseurs de France. La force extraordinaire de la manufacture fut d’avoir été la première société de vente par correspondance en France.
En 1892, ouvre le premier magasin de vente de la Manufacture à Paris. 1892 est une date essentielle pour le développement de la bicyclette en France, puisque peu de temps après la naissance de la bicyclette en Angleterre, la Manufacture lance la marque Hirondelle pour ses cycles.
En 1900, 80 succursales sont déjà ouvertes dans toutes les colonies françaises.
Jean Fasano, inventeur et sous-directeur de la Manufacture, généralise la roue libre aux cycles de la Manufacture.
En 1902, dépôt de brevet pour la rétro-directe Hirondelle pour empêcher la copie ou les adaptations du système par d’autres mécaniciens.
En 1905, les bicyclettes Hirondelle rétro-directe à 2 et 4 vitesses sont médailles d’or au concours du TCF. Comme l’annonce le catalogue des cycles Hirondelle de 1907 : « Tous en rétro » !
En 1911 la Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Etienne prend l’appellation commerciale Manufrance.
En 1913, Manufrance sort une bicyclette modèle grand tourisme, avec 6 vitesses rétro-directe et roue libre.
En 1914, Manufrance met au point le pneu démontable.
La Seconde Guerre mondiale a un lourd impact sur l’avenir de Manufrance. Etienne Mimard, et c’est à son honneur, refuse de collaborer avec les Allemands.

Une industrie tayloriste
Étienne Mimard est attentif aux idées de Taylor (qui étudie l’organisation du travail dans les usines et fixe leur mode d’organisation scientifique) et retient ses principes : production de masse à prix modique stimulée par un développement parallèle de la consommation, organisation de la production en série par simplification et normalisation des pièces qui exigent très peu de travail manuel, division du travail qui permet l’embauche d’ouvriers spécialisés formés en une quinzaine de jours d’apprentissage, adaptation des bâtiments du type de fabrication avec un plan en accordéon que l’on agrandit à volonté.
C’est en 1908 qu’est mise en place l’unification des modèles de cycles afin de faciliter la fabrication, de grouper les commandes, de grossir les séries et de rendre plus avantageux l’emploi de la machine automatique.
Il affine sa stratégie industrielle en voyageant aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, et invente une sorte de fordisme à la française, qui lui fera connaître croissance et production de masse. Tout est « modèle » et nouveau dans le monde de la Manufacture, des ateliers aux bureaux dont le travail est organisé scientifiquement, de manière quasi militaire. Rien n’est négligé pour augmenter le confort du personnel. Ce paternalisme éclairé sera mis à mal lors de la grève de cent jours en 1937.
La production d’un seul modèle avec options, l’Hirondelle, est l’un des premiers exemples français d’une politique de productivité et de rationalisation dans l’industrie de transformation visant, par la standardisation, à diminuer le prix de revient.
Le catalogue de la Manufacture de 1893 illustre cette politique par l’éventail de modèles proposés et nommés selon le profil socio-professionnel des usagers :
-le modèle « démocratique » pour artisans, ouvriers, employés, coûte 185 francs
-le modèle pour services administratifs (facteurs, huissiers), coûte 250 francs
-le modèle routier pour médecins, vétérinaires, coûte 310 francs
-les modèles « exclusifs » à 275 et 360 francs (1058 et 1385 heures de travail d’un manouvrier de province)
-les modèles « extra supérieurs Fabrications hors ligne routier léger et fort routier », à 590 et 535 francs (2269 et 2058 heures de travail d’un manouvrier de province)
Ce principe d’interchangeabilité des pièces sur un même objet fut très novateur.

Le déclin
En 1944, le fondateur lègue, peu avant son décès, à la municipalité de Saint-Étienne la moitié de ses actions. Ce qui marquera la fin de l’entreprise 40 ans plus tard dans les années 1970 avec la crise qui survint lorsque la mairie dût gérer les difficultés de l’entreprise en tant que propriétaire.
Dans les années 1975, des difficultés importantes apparaissent, conjuguant les effets négatifs du premier choc mondial pétrolier sur la consommation, et un outil de production qui n’a pas suivi les évolutions technologiques.
En 1979, mise en règlement judiciaire, puis création de la Société nouvelle Manufrance.
Et en 1980, le tribunal de commerce de Saint-Étienne annonce le dépôt de bilan. La société devient Société de Coopérative Ouvrière de Production et Distribution (SCOPD), un plan de relance fut établi en 1982, sans grand résultats.
1985, liquidation judiciaire.
En 1986, vente du matériel, du mobilier et des immeubles.
La concurrence des grandes surfaces, une communication vieillotte, et surtout une succession de gouvernances inadaptées, sont venues à bout de Manufrance.
Enseigne mythique, Manufrance a résonné comme le sésame de la consommation de masse pendant presque cent ans, miroir d’une France du XXème siècle, majoritairement rurale, mais toujours contemporaine du monde du travail.
Manufrance est aussi l’ancêtre inventive de la Redoute et des Trois Suisses, mais aussi de Darty et de son « Contrat de confiance» et d’Ikea avec son « Faites-le vous-même ».
La révolution internet en est à ses débuts, et la « Manu » n’a pas dit son dernier mot.
Cela rimait si bien, Manufrance et Made in France !

Manufrance aujourd’hui
Une nouvelle société Manufrance propose aujourd’hui dans son catalogue sur internet des produits pour la maison, des armes et des munitions, mais plus aucune bicyclette !!!

    

HIRONDELLE
Hirondelle est la marque de bicyclettes vendue par la Manufacture d’armes et cycles de Saint-Etienne.
C’est en 1892 qu’apparaît la première Hirondelle au catalogue, l’entreprise devenant alors la Manufacture d’armes et de cycles de Saint-Etienne.
L’importance de cette marque dans l’histoire du cycle en France est primordiale.
La solidité était un argument de poids ! Résistance de la chaîne supérieure au poids de 1200 kg soit 14 hommes, cadre résistant au poids de 900 kilos soit 12 hommes, et 675 kilos soit le poids de 9 hommes sur une seule bicyclette !

oldbike.files.wordpress.com

HIRON
La marque Hiron est une sous marque d’Hirondelle, de la Manufacture Française d’ armes et cycles de Saint-Etienne.

   Le Bon Coin

H
H, avec Hiron et Hirondelle, fut l’une des marques de la Manufacture d’armes et cycles de Saint-Etienne.

  Tonton vélo

CYCLES MIMOSA
La marque Mimosa, comme la marque Hirondelle est une marque de la Manufacture Française d’armes et cycles de Saint-Etienne.
Les cycles Mimosa ont été commercialisés entre les années 1920 et 1930. Il existe une sous marque à Misosa, les cycles Mimo, tout comme il existe une sous marque à Hirondelle, les cycles Hiron.
Au vu de la documentation ci-dessous, la marque Mimosa semblait représenter le haut de gamme de la Manufacture.

    Tonton vélo

encyclo des constructeurs d'hier
[vcex_blog_grid columns= »5″ posts_per_page= »-1″ order= »ASC » entry_media= »false » title_tag= »div » content_heading_weight= »300″ date= »false » excerpt= »false » read_more= »false » orderby= »title » include_categories= »4″ content_heading_color= »#616161″ content_heading_size= »14px » content_css= ».vc_custom_1499610414481{margin-top: 0px !important;margin-right: 0px !important;margin-bottom: 0px !important;margin-left: 0px !important;border-top-width: 0px !important;border-right-width: 0px !important;border-bottom-width: 0px !important;border-left-width: 0px !important;padding-top: 0px !important;padding-right: 0px !important;padding-bottom: 0px !important;padding-left: 0px !important;} » entry_css= ».vc_custom_1499610414483{margin-top: 0px !important;margin-bottom: 0px !important;border-top-width: 0px !important;border-bottom-width: 0px !important;padding-top: 0px !important;padding-bottom: 0px !important;} »]
Back To Top