LA TORPILLE / CYCLES LA TORPILLE 
6, rue Louis Chaumontel
74000 Annecy
Tel 06 15 44 34 85
http://www.t-cycles.com

Qui et quoi 
Artisan, concepteur, cadreur, assembleur
Vélo célérifère, Safety
Vélo acier
Vélo taille standard
Vente à l’atelier

Un peu d’histoire
Installé dans une ancienne métallerie aux abords du lac d’Annecy, les cycles La Torpîlle ont été créés par les frères Tomasini avec l’idée de reconstituer les bicyclettes de la Belle Epoque.
Parcours atypique de Florent Tomasini, venu aux cycles par la trottinette pour adultes, il fonde en 1999 Tomasini Cyclomobiles avec son frère et un associé après avoir développé un modèle, le Patinocycle Type 14 et figure ainsi parmi les pionniers du genre. La jeune entreprise ne résistera pas face à la déferlante des micro-trottinettes et fermera ses portes en 2002.
Quelques années plus tard il crée plusieurs vélos, au design fantasques puisant son inspiration dans le monde du Custom et de la moto, puis peu à peu se tourne vers les bicyclettes anciennes, La Torpille et autre Flyin’T, puis fabriquer la quasi-totalité de ses pièces (cadre, fourche, guidon, accastillage et parfois même les tubes).
Au travers d’une production assez éclectique, construits entièrement à la main, en acier, les bicyclettes T sont des créations originales, principalement inspirées du meilleur de la « Petite Reine » de 1895 à 1925. En 2017 un catalogue de plus d’une dizaine de modèles retrace l’essentiel de cet âge d’or.

  tcycles.wixsite.com

La Torpille aujourd’hui
Les cadres sont en acier, soudés au TIG, brasés, ou parfois les deux.
A leur catalogue on retrouve 4 modèles tous dotés d’un frein arrière en rétropédalage et certains d’un frein avant à sabot (pièce métallique à ressort appuyant sur le pneu).

     www.t-cycles.com

Coup de cœur, truc du métier, anecdote : l’histoire en héritage
« Rouler sur une bicyclette ancienne, retrouver les sensations du cyclisme originel qu’on put connaître nos aïeux est chose séduisante, mais souvent compliquée. Chevaucher un « T » procure l’immense plaisir de rouler en « ancien », sans les déboires que l’on peut rencontrer avec une machine de plus de cent ans, et qui plus est, est extrêmement difficile à trouver. Ce n’est pas par passéisme ou refus du progrès mais parce que nous sommes convaincus qu’explorer et comprendre le passé nous permet d’appréhender le futur sous un angle nouveau », nous a écrit Florent Tomasini.

 tcycles.wixsite.com