FKC (FRANCOIS KERAUTRET CONCEPTION) 
173 rue de Mirondin
83140 Six Fours les Plages
Tel 04 94 34 51 95
http://www.fkc-concept.com

Qui et quoi 
Artisan, concepteur, cadreur, assembleur
Vélo route
Vélo acier
Vélo sur-mesure
Vente à l’atelier

Un peu d’histoire
Non loin de Toulon, et depuis 1999, et à l’heure où le carbone règne en maître sur le marché de vélos de route haut de gamme, François Kérautret, et son frère Yan, restent fidèles à l’acier.
Attention avec les Kerautret, le niveau technique est très relevé, car les deux frangins sont des inventeurs inextinguibles ; invention de la fourche full carbone, cintres compact, rayons incurvés Wind Curve, cuvettes étanches, sablage de microbillage de céramique, réglage de tige de selle intégré, freins derrière les haubans, roues en 650, asymétrie du cadre. Tout concourt dans leurs inventions à ne jamais considérer les acquis soclés dans les certitudes, leur exigence est unique en France ; Richard Jamin dans l’Acheteur cycliste ne cesse à raison de les encenser.

Kerautret aujourd’hui
S’il ne fallait retenir dans l’histoire de la fabrication de cycle en France que quelques noms, les Kerautret assurément en ferait parti tant ses vélos sont tout simplement sublimes, car innovants.
François Kerautret pose la question, qu’est-ce qu’un vélo ? Sa réponse n’est pas dogmatique, elle interroge les fondamentaux. Cela tient aux matériaux utilisés, à la réflexion sur les différentes composantes du vélo, et au soin lié à l’étude de l’ergonomie du cycliste. Les tubes sont faits pour relier des points d’appuis.
Ainsi point par point, le Road Burner d’hier ou le RZ actuel, résument l’ingéniosité de leur concepteur.
Le matériau du cadre
Kerautret travaille l’acier, confort, rigidité, nervosité et filtre des vibrations.
L’acier utilisé est du Marval, un acier rare que les Kérautret utilisent pour concevoir leurs cadres, habituellement utilisé dans l’aéronautique pour ses propriétés de très haute résistance et sa très bonne aptitude à la soudure.
L’acier Marval est un produit développé par la firme française Aubert et Duval, spécialisée dans l’aéronautique, l’énergie, les transports terrestres et maritime, l’outillages, et autres domaines (défense, horlogerie, médical, mécanique, chimie…).
Aubert et Duval fait partie du groupe Eramet, entreprise française minière et métallurgique.
Kerautret est donc un des rares artisan du cycle en France à utiliser de l’acier français.
C’est Yan, armurier de formation, qui travaille les tubes, avec un soin infini accordé au grugeage.
L’asymétrie du cadre
Vu de derrière, le vélo est asymétrique, la base de droite est décalée par rapport à la boîte de pédalier. Cette asymétrie autorise des croisements de chaîne impeccable et l’utilisation de roues arrière au rayonnage symétrique supprimant le parapluie.
« Ils sont asymétriques, les bases et les haubans sont différenciés et la ligne de chaîne est parfaite sur l’ensemble des pignons. Quant à la fourche monocoque, elle est sans déport et tout en carbone haut module. Elle supprime le phénomène de lacet et augmente la précision du guidage », explique François Kerautret, in http://www.fkc-concept.com/rzwo.html.
Les roues
Les roues justement sont en 650 (aujourd’hui il existe des roues en 700), du jamais vu pour un vélo de route, l’avantage de ce diamètre résidant dans les qualités de rigidité, gain de poids, dynamiques de la roue, et dimension idéale pour les petits gabarits.
Les rayons sont incurvés comme les voiles d’un bateau.
La fourche
Pour accroître la stabilité et la maniabilité du vélo, François Kerautret propose une solution très simple, née non pas d’un dogme mais du bon sens, avec du sommet du pivot jusqu’aux pivots, une fourche d’une droiture absolue. Cette alternative assurant au vélo un comportement en ligne, supprimant ou en tous cas minimisant le «guidonnage» inévitable de gauche à droite.
Une anecdote court d’ailleurs sur ce sujet, a parcourt égal, les vélos Kerautret parcourent moins de distance qu’un vélo classique, compteur au guidon !!!
Les freins
Les freins sont placés derrière les haubans et non devant, pour apporter plus de puissance au freinage.
La tige de selle
La tige de selle à retour d’énergie se règle sans outil, grâce à un expandeur interne qui se démonte et se règle à la main.
Le résultat
Le résultat c’est le confort. Des roues de 650 associées à une fabrication sur mesure et à un poste de pilotage haut entrainent une position anatomique très confortable.
Cadre sur mesure, 7kg, en acier, chaussé de roues de 650, c’est un Kerautret, un concours de machine à lui tout seul !

 www.fkc-concept.com

Coup de cœur, truc du métier, anecdote : le positionnement ergonomique
On peut lire sur le site du constructeur, www.fkc-concept.com, un chapitre dédié au positionnement ergonomique :
« L’idée première est d’installer les paramètres morphologiques du cycliste sans la contrainte d’un quelconque instrument de mesure dans l’espace et de déterminer les meilleurs points d’appui en fonction des longueurs de segments osseux. On peut ainsi visualiser à l’échelle réelle les angles de travail, les points d’appui à l’effort, les transferts de masse dans les différentes positions nécessaires au pédalage. Le recul et la hauteur de selle sont calculés en fonction des longueurs de fémur, de l’entrejambe et des longueurs de manivelles.
Ce positionnement novateur permet de tirer le meilleur parti des capacités physiques du cycliste, sur tous les modes de travail et dans le plus grand confort. Il permet en outre de travailler sur le diagramme de pédalage en déplaçant les points morts haut et bas sur un cycle de pédalage (temps de poussée allongé et temps de ramené réduit).Ainsi, on ne travaille plus sur les couples, mais en degré sur un cycle. Après avoir obtenu les meilleurs compromis, le cadre peut être dessiné à partir des points d’appui déterminés. L’étude dynamique permet d’harmoniser le comportement du vélo en fonction de la taille du cycliste. Angle de chasse, empâtement avant et arrière, garde au sol, sont définis pour obtenir stabilité et nervosité. Enfin, il faut être capable de reporter en construction toutes ces mesures avec la même précision.
Pour cela, un système inédit de retranscription, non plus avec des angles mais au moyen de mesures relevées sur un quadrilatère ordonné, a été mis au point. La précision est telle, que le cadre dessiné sur le tableau de travail est identique à celui construit au 10e de mm. Toutes les techniques de prises de mesures, de découpes, d’ajustage et d’assemblage sont uniques puisque inventées. Le marbre gabarit rotatif permet une précision du centième de mm en ajustage et de réaliser des cadres dont l’alignement est en dessous de 4/10e de tolérance. Tout ceci en une seule opération. L’assemblage BSB permet de conserver l’intégralité des caractéristiques mécaniques et des aciers. Cette précision est nécessaire pour nous permettre de développer toutes les nouvelles techniques de notre vélo (cadre asymétrique, bases et haubans différenciés, réalignement des lignes de chaîne, parapluie symétrique, booster de tige de selle, calcul de nouvelles géométries dynamiques et directionnelles propres à nos cadres, etc.) ».