NOTAR  / CYCLES NOTAR 
3 boulevard Provinces
42800 Rive de Gier
Tél 04 77 83 63 06
www.cycles-notar.com

Qui et quoi 
Artisan, concepteur, cadreur, assembleur
Vélo route, cyclocross
Vélo carbone, acier
Vélo sur-mesure
Vente à l’atelier

Un peu d’histoire
Jean-François Notargiacomo a commencé comme apprenti chez un confrère fabricant de cadre de vélos, puis au service des courses de Mercier. Il fabrique des cadres depuis l’âge de 14 ans ! Plus de 300 cadres par ans à la grande époque, moins d’une dizaine aujourd’hui.
Installé entre Saint Etienne et Lyon depuis 1982, c’est un spécialiste du vélo sur mesure.
« J’étais coureur cycliste l’été et je travaillais chez le père Murgue à Saint-Etienne l’hiver », se souvient-il. C’était à l’époque bénie du cycle stéphanois. Aujourd’hui, il n’y a plus rien déplore-t-il. Les Chinois ont raflé la mise. Même si j’achète des cadres bruts en Chine, comme les autres, je réalise pas mal de sur-mesure », sa clientèle, des particuliers passionnés de cyclotourisme, vient de toute la France frapper à la porte de son petit atelier du Grand Pont, à l’entrée de Rive-de-Gier », in http://www.leprogres.fr/loire/2011/07/24.
Des coureurs de renom des équipes pro AG2R ou Agritubel ont courus sur des cycles Notar.

Les Cycles Notar aujourd’hui
Pas de croquis ou de conception assistée sur ordinateur, c’est du travail à l’ancienne. Cote de hauteur, cote de longueur et cote d’inclinaison, un marbre et un poste à souder, et l’affaire est emballée !
Il soude de l’acier (Columbus ou Reynolds) et fabrique lui-même ses cadres en carbone, surtout des randonneuses en petites tailles, avec des roues en 650 par exemple pour les petits gabarits. Il se fournit en Chine via un importateur pour l’homologation des tubes, et colle ses raccords à la résine, et fait lui-même ses peintures. Il sait surtout réparer des cadres carbones. « L’acier c’était le matériau d’hier. Le carbone c’est le matériau d’aujourd’hui », aime-t-il à répéter, « il faut vivre avec son temps ».
« La deuxième activité est la réparation des cadres carbone. Là aussi, le créneau est très peu occupé sur le territoire national. Généralement, les propriétaires de ce type de matériel pensent que le vélo est bon pour la poubelle. Nous sommes là pour lui redonner une seconde jeunesse. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que ce second métier génère aujourd’hui 50 % du chiffre d’affaires de l’entreprise artisanale », in http://www.leprogres.fr/loire/2011/07/24.

 

 

Coup de cœur, truc du étier, anecdote : le Michel-Ange du vélo
A la question posée à Jean-François Notar, « Coup de cœur, truc du métier, anecdote », il a répondu :
Pour le coup de cœur : « A chaque fois que je vois un beau vélo ».
Pour le métier : « Toujours ce dire qu’un cadre de vélo ce n’est pas grand-chose et que quel que soit son problème je suis sûr de trouver la solution ».
Pour l’anecdote : « Le jour ou un client m’a dit que j’étais le Michel Ange du vélo ! ».